Sociosfcmetz.fr – 1er site d'actualité indépendant du FC Metz – Pour les supporters, par les supporters – Football Club de Metz

La revue de presse après Amiens

Bruno Caiani 7 avril 2012 A la une, Médias Pas de commentaire

Les grenats sont revenus ce vendredi d’Amiens avec un point dans les valises. Un point qui permet aux messins de rester de justesse au dessus de la zone de relégation. Match nul obtenu sur le score de un but partout dans ce match de la 31ème journée de Ligue 2. Nous vous proposons l’habituelle revue de presse  après cette rencontre.

Républicain Lorrain / Metz piétine encore:

On ne change donc pas une équipe qui gagne. Dominique Bijotat, un brin évasif sur le sujet à la veille du déplacement en Picardie, avait donc tranché en reconduisant intégralement, hier sur la pelouse du stade de la Licorne, l’équipe qui était venue à bout de Boulogne la semaine dernière.

Un pari gagnant ? Les premiers instants de la rencontre l’ont laissé présager. Après seulement cinq minutes de jeu, les Messins avaient déjà frappé à trois reprises. Trois tirs cadrés. Le premier signé Mathieu Duhamel dès la vingt-sixième seconde ; le deuxième était l’œuvre de Pierre Bouby, tout en puissance (4 e) ; le troisième, enfin, venait d’un retourné acrobatique de Sadio Mané (5 e). Mais chaque fois, Romain Ruffier, l’ancien de la maison grenat, détournait, tant bien que mal.

Cette séduisante entrée en matière avait malheureusement toutes les caractéristiques d’une publicité mensongère. D’autant qu’après une première alerte signée Puyo, de la tête (7 e), Amiens s’offrait le luxe d’ouvrir la marque sur sa véritable première action construite. Kharbouchi profitait ainsi d’une mésentente entre Adama Tamboura et Bruce Abdoulaye, pour servir idéalement Touzghar, seul au point de penalty. Oumar Sissoko ne pouvait que constater les dégâts (1-0, 12 e).

Heureusement, le FC Metz n’allait pas gamberger bien longtemps. Certes, Mainfroi alertait le gardien messin (16 e), mais le défenseur picard s’illustrait surtout en détournant le bon coup franc travaillé de Pierre Bouby dans ses propres filets (1-1, 19 e). Une égalisation somme toute logique, mais, si elle soulageait la formation lorraine, elle ne parvenait pas vraiment à la libérer. Au contraire. Et le faux rythme – dû en grande partie à une flagrante absence d’arguments techniques – imprimé par les hommes de Ludovic Batelli n’aidait pas les Messins à sortir de leur torpeur. Piètre spectacle…

La vaine chevauchée de Mané

Ce manque flagrant de percussion, pourtant nécessaire lorsqu’on joue sa survie en championnat, Kalidou Koulibaly et ses partenaires l’ont, en partie, annihilé après la pause. Mais malgré la présence de Mathieu Duhamel et Andy Delort à la pointe de l’attaque et une présence un brin plus musclée dans les duels, les Messins ont, une fois de plus pêché dans la finition. Bien trop brouillons à l’approche des buts de Ruffier, ces derniers ne sont jamais parvenus à trouver l’ouverture. Et pourtant, Amiens a largement justifié sa place de lanterne rouge hier soir, n’inquiétant qu’à deux reprises Oumar Sissoko en seconde période : sur une frappe de Martin à bout-portant, parfaitement détournée par le gardien malien et une tête de Mohamed de peu au-dessus de la barre transversale (81 e). Metz dans tout ça ? Une frappe pas assez appuyée d’Andy Delort (59 ee), un mauvais choix de Mathieu Duhamel seul devant Ruffier (62 e) et un tir dévissé signée Kévin Diaz (74 e). Bien trop peu pour espérer bouleverser le destin presque écrit d’avance de la rencontre. Certes, les Lorrains pourront longtemps regretter cette longue chevauchée de Sadio Mané anéanti par Cirilli dans le temps additionnel. L’Amiénois voyait justement rouge.

Une couleur que le FC Metz espérait voir s’estomper après ce voyage en Picardie. C’est donc raté, d’autant que Le Mans, vainqueur sur la pelouse de Lens (1-3) revient à un point des Messins, toujours seizièmes ce matin, mais dont le spectre du National demeure douloureusement prégnant.

Courrier-picard.fr / Un nul, encore un nul, toujours un nul… :

Les Amiénois, qui avaient pourtant ouvert le score dès la 12e minute, ont enregistré leur treizième match nul (1-1), hier soir face à Metz.

La bagarre générale qui avait éclaté à l’issue du match aller avait incité la Ligue à désigner un arbitre officiant habituellement en L1 (M. Ennjimi) pour diriger cette rencontre entre une équipe amiénoise revancharde et un onze messin désireux de s’éloigner de la zone de relégation.

Première surprise avant même le coup d’envoi : c’est Romain Ruffier que l’on retrouvait dans les buts en lieu et place du titulaire habituel, Landry Bonnefoi !

Le gardien de l’ASC devait s’employer dès la première minute pour repousser un tir de Duhamel, avant de boxer en corner une frappe puissante de Bouby.

Résumé du match – vidéo Ligue 2

C’est pourtant Amiens qui ouvrait la marque à la douzième minute, après un très bon travail de Saïfi, auteur d’une belle ouverture pour Kharbouchi sur l’aile. Celui-ci centrait en première intention pour Touzghar, dont la frappe somptueuse venait se loger dans la lucarne de Sissoko.

Les Picards auraient pu doubler la mise sur un centre en retrait de Martin, mais Mainfroi écrasait sa reprise, qui était déviée en corner (16e).

Cirilli expulsé

Et puis, comme souvent cette saison après avoir ouvert le score, les Amiénois encaissaient un but casquette quelques minutes plus tard : sur un coup-franc que l’on pouvait penser anodin, à 40 mètres de la ligne de Ruffier, le malheureux Mainfroi déviait de la tête la frappe puissante de Bouby et trompait son propre gardien (1-1, 19e).

Dans le dernier quart d’heure, il ne se passait plus grand-chose et la rencontre devenait même ennuyeuse. Après la pause, les Amiénois revenaient animés de bonnes intentions.

Sur une nouvelle ouverture de Saïfi, une belle contre-attaque menée par Touzghar s’achevait par un corner qui ne donnait rien. Un centre de Saïfi était ensuite dégagé en catastrophe.

De l’autre côté du terrain, Mienniel devait intervenir d’une talonnade avant que Ruffier ne repousse un tir de Delort. Puis, sur un coup-franc joué rapidement par Metz, Ielsch intervenait pour écarter le danger devant Duhamel (63e).

Les Amiénois avaient le mérite d’essayer de marquer un nouveau but, sans grande réussite, malgré la rentrée intéressante de Mohamed. Mais c’est bien l’équipe lorraine qui aurait pu l’emporter dans le temps additionnel, quand Mané s’échappait sur un contre.

Cirilli se sacrifiait et écopait d’un carton rouge pour avoir fauché l’attaquant messin en position de dernier défenseur. Les deux équipes en restaient là.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 9.5/10 (4 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +2 (from 2 votes)

La revue de presse après Amiens, 9.5 out of 10 based on 4 ratings

Vous aimez cet article? Partagez le!

A propos de l'auteur

Né en 1990, je suis supporter du FC Metz depuis ce fameux Metz-Lorient qui nous a coûté la descente en Ligue 2. Mon premier match à Sant Symphorien était un Metz-Châteauroux gagné 2-0 lors de la remontée avec Jean Fernandez en 2002-2003. J'ai décidé de m'impliquer dans un projet comme celui des socios pour une raison simple. Souhaitant devenir journaliste, on m'a donné la possibilité de faire quelque chose que j'aime en m'occupant d'une grande partie du site spécialisé sur le FC Metz. Le rêve ! Étant né à Metz, j'ai toujours supporté les grenats et comme beaucoup d'entre nous, nous espérons tous que le club à la Croix de Lorraine retrouvera l'élite au plus vite et pourquoi pas avec l'aide de ses supporters ! L'année prochaine en novembre, cela fera dix ans que je côtoie Saint Symphorien, j'aimerais bien que ce soit en L1... Contactez-moi par email: bruno@sociosfcmetz.fr

Répondre

http://www.sociosfcmetz.fr/france/